esprit.energies.ch

Matière-esprit / Comment EXPERIMENTER?

Entrer en communication avec la conscience universelle

l'ESPRIT, CET INCONNU

Deux grandes théories ont été développées en physique et qui sont les piliers de la Science actuelle.

La théorie de la relativité générale

Elle décrit le comportement de notre univers à grande échelle, photons, vitesse de la lumière, vitesse maximale, dualité ondes – photons, courbure de l’univers.

 

La physique quantique

Elle décrit le comportement des particules dans l’infiniment petit, avec les quantas d’énergie et le principe d’incertitude de Heisenberg.

Or, ces deux théories entrent en conflit lorsque l’on veut décrire l’origine de l’univers. Pour Einstein, il était exclu d’admettre que la compréhension de l’univers puisse se décrire par deux théories contradictoires. C’est en recherchant une solution à ce problème, que les physiciens ont trouvé une possibilité d’harmoniser les deux théories, mais il faut pour cela introduire des dimensions supplémentaires. Dans les 4 dimensions supplémentaires introduites par Jean Charon, il a découvert qu’elles abritaient des mémoires et leur interactions. Ce qui l’a conduit à décrire une espace-temps des informations, qui abrite en quelque sorte l’espace-temps de l’esprit et la conscience universelle. Nous allons vulgariser plus bas ces travaux passionnants.

Un espace-temps à plus de 4 dimensions

LA CONSCIENCE UNIVERSELLE

L’espace à huit dimensions que Jean Charon présente a un certain nombre de propriétés et il vaut la peine qu’on s’y attarde. Rappelez-vous, Einstein avait mis quatre dimensions en évidence : x,y,z pour l’espace et t pour le temps. Il faut en effet quatre paramètres au minimum pour localiser exactement une particule. Les trois dimensions de l’espace pour la localiser exactement et le temps pour indiquer quand elle s’y trouve. Il y a pourtant une différence entre les caractéristiques de ces quatre dimensions. Avec x,y,z, on peut aller en avant et revenir en arrière, alors que le temps a une caractéristique particulière, il ne va que dans un sens, du passé vers l’avenir. Il n’est pas possible de revenir en arrière.

Dans le formalisme mathématique d’Einstein, les coordonnées xyz ont une composante réelle alors que le temps t a une composante imaginaire, illustré par la série x,y,z,t’. Dans son modèle, Jean Charon a imaginé que les quatre grandeurs x, y, z, t’ pouvaient être complétées par x’,y’,z’,t. Il introduit donc huit dimensions dans sa théorie. En écrivant ainsi une théorie de la relativité complexe, il retrouve d’une part toutes les équations de la théorie de la relativité générale avec les grandeurs x,y,z,t’, mais aussi d’autre part une série de nouvelles équations qui mettent en jeu les grandeurs x’,y’, z’,t . 

EE8dim

Les éons

Nous n’allons pas ici entrer dans les détails de ces équations qui sont relativement compliquées. Contentons-nous de quelques constatations :
On retrouve les particules de matière et les quatre forces d’interaction connues : les forces électromagnétiques, les forces d’attraction gravifique, les forces d’interaction nucléaires faibles et fortes. La théorie définit toutefois d’autres particules élémentaires que Jean Charon a appelé les éons. Ces éons possèdent la proprété de mémoires. Alors que dans notre espace on peut aller et venir en arrière, le temps allant lui du passé au futur sans retour possible, les particules de l’autre espace se déplacent sans retour possible, mais le temps et libre de revenir  en arrière. On peut imaginer cet espace  comme une cinématèque. Il y a des films avec une histoire qui ne peut pas être modifiée, mais on peut interrompre son déroulement , revenir au début du film ou même changer de film. On peut aussi comparer cet espace au disque dur d’un ordinateur comprenant plusieurs jeux. Tous les paramètres du jeu sont déterminés, on joue, on perd ou on gagne selon ses talents (qui ne sont pas sur le disque dur), on peut interrompre le jeu, recommencer ou même changer de jeu. L’univers de Jean Charon comprendrait des mémoires, dans un espace-temps des informations. Jean Charon a appelé ces mémoires des éons. Tout comme il y a des interactions entre les particules de matière, il y a des interactions entre les mémoires et des interactions entre les particules de matière et les éons. Charon ose encore aller un pas plus loin. Les interactions pourraient correspondre à ce que l’on connaît sous le nom de télépathie, transmission de pensée, intuition, prémonition. Une autre illustration peut être donnée par l’histoire du visionnaire. Avec un axe du temps allant du futur vers le passé, la vision du futur dicte les actions au présent. On peut choisir dans la cinématèque  un film avec l’objectif final de devenir chirurgien. Celui qui a cette vision aura plus de chance de devenir chirurgien que celui qui ne sait pas ce qu’il veut devenir. Cela est connu, celui qui sait ce qu’il se veut a plus de chance de l’obtenir que celui qui ne sait ce qu’il veut. Ce modèle donne des réponses à de nombreuses autres questions qui sont restées sans réponse jusqu’à ce jour: manifestations de foules, printemps arabe, actions à distance, soins à distance, dialogue avec les animaux, efficacité de l’homéopathie, perception de champs telluriques,…

Citons aussi le deuxième principe de la thermodynamique qui définit l’entropie, cette grandeur célèbre qui décrit l’état de désordre et qui ne peut, dans un système fermé, que rester constante ou croître. Si l’on considère l’univers entier comment un système fermé, le deuxième principe énonce que l’entropie ne peut que diminuer, que le désordre ne peut qu’augmenter. Mais où va cette qualité puisque, selon un autre principe, rien ne se perd,  rien ne se crée, tout se transforme. Et bien, selon Jean Charon, elle se retrouve dans l’espace de l’information. Si la qualité énergétique baisse dans l’espace de la matière, elle croit d’autant dans l’espace de l’information. Ceci introduit la notion de néguentropie. Et c’est la somme des deux, entropie et néguentropie, qui reste une constante.

Il est possible de visualiser cette notion en prenant l’exemple suivant : si vous possédez 100 l de pétrole et que vous en distribuez 20, il ne vous en reste plus que 80. Par contre si vous connaissez 100 informations, que vous en distribuiez 20, vous possédez toujours encore 100 informations et celui qui en a reçu 20 vous en donnera peut-être 20 autres en contrepartie. Ainsi à la fin vous en aurez 120. Et au final, c’est la somme 80+120 qui reste constante. Il devient donc beaucoup plus intéressant de travailler au niveau de l’information, où l’état des connaissances ne peut que croître, qu’au niveau de la matière, où les ressources sont limitées et se dégradent.

Selon Jean Charon, il y aurait des informations localisées dans chaque particule de matière qui possède donc des parcelles d’esprit. Ce seraient des particules d’esprit-matière. Tout notre corps est composé de particules de matière et d’esprit. Il a appelé ces particules des éons et les a associées à chaque électron. Ainsi, la mémoire et l’information seraient distribuées non seulement dans tout le corps, mais également dans tout l’univers : règne minéral, végétal et animal.

Charon associe à ces éons différents niveaux d’information (ou de conscience). Le niveau très bas au début de notre univers, s’est peu à peu élevé pour atteindre le niveau le plus élevé chez l’homme d’aujourd’hui. Je ne suis pas capable de reproduire ici les calculs qu’il a effectués pour le démontrer, mais il est possible d’imaginer des interactions entre les éons, comme il existe des interactions entre les particules de matière: ces interactions s’appellent transmission de pensée, télépathie, intuition, prémonition.  

L'espace de la matière et celui de l'esprit

Dans l’espace de la matière, il y moi,  j’ai et je fais. Dans la partie inconsciente, je suis avec mes sentiments, mes valeurs et en relation instantanée avec les valeurs et les informations de l’univers entier.

VALIDATION D'UN MODELE

La science peut progresser si on admet que la nouvelle théorie est vraie et en examinant si les conséquences qu’elle entraîne sont vérifiables et correspondent à ce que l’on expérimente ou on mesure . Si l’on admet l’espace à huit dimensions comme modèle de description de notre univers (voir la pièce Jean Charon du musée des croyances), que peut-on expérimenter pour le valider?
De même qu’il y a des interactions entre particules de matières et entre particules de mémoires, le champ d’expérimentation se situe au niveau des interactions croisées, c’est-à-dire entre particules de matière et particules de mémoires ou formulé différemment, entre Matière et Esprit ou encore, sur un autre plan, entre Esprit et Santé.

Certains peuvent considérer ces choses comme totalement farfelues, mais si la théorie des 8 dimensions de Jean Charon est envisageable, quelles en seraient les conséquences et que peut-on expérimenter?

Dans la suite de cette page, on imagine quelles seraient les expériences envisageables et comment expérimenter. Certaines sont connues de longue date:

  • La prière
  • La pensée positive
  • les perceptions à distance
  • Les guérisons à distance
  • Le secret
  • la géobiologie
  • l’homéopathie
  • la mémoire de l’eau
  • l’influence de la pensée sur la cristallisation de l’eau

Il y en bien d’autres, communiquez-nous vos expériences sur notre blog .

La prière

La prière est une des premières prises de contact avec l’au-delà que l’on apprend. 

La géobiologie

Les méthodes des sourciers ou des géobiologues ont fait l’objet de nombreuses expériences.

La mémoire de l'eau

La faculté de l’eau de conserver une information a fait l’objet de nombreux travaux qui sont aussi fortement contestés. L’information contenue dans de l’eau fortement diluée mérite une investigation approfondie.

emoto1
Masaru Emoto

Les travaux du Dr. Masaru Emoto ont mis en évidence les différences de cristallisation de l’eau selon sa provenance:

en haut: eau de source au Japon

au milieu à gauche: Fontaine de Lourdes

au milieu à droite: Eau du glacier Mount Cook, Nouvelle Zélande

en bas: eau de pluie, Japon

Fermer le menu